LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 

SSI ET LEVEE DE DOUTE

 
 
L'UNITE DE SIGNALISATION

L'unité de signalisation du SSI indique les alarmes visuelles et sonores et permet de localiser l'origine de la détection ou de l'anomalie.
 
 
LES INFORMATIONS FOURNIES

Deux types  informations peuvent être délivrés :
  • Des informations liées à la sécurité contre l’incendie :
    • Détection d'un début d'incendie,
  • Des informations liées à un dysfonctionnement de l'installation :
    • Position des DAS (dans le cas des SSI de catégorie A et B).
 
 
LE CODE "COULEURS"

Un code couleur des voyants permet facilement d'identifier la cause :
 
Voyant rouge fixe :
 
Tous les dispositifs actionnés de sécurité (DAS) sont en position de sécurité (cela signifie qu'en cas de détection d'incendie par exemple, les clapets coupe-feu d'un conduit ont bien fonctionné).
 
Voyant rouge clignotant :
 
Après un ordre, un ou plusieurs dispositifs actionnés de sécurité (DAS) ne sont pas en position de sécurité.
 
Voyant vert fixe :
 
Tous les dispositifs actionnés de sécurité sont en position d'attente (ne s'allume que si l'on souhaite effectuer un bilan de l'état de l'installation).
 
Voyant jaune fixe :
 
Défaut de ligne électrique
 
Voyant jaune clignotant :
 
Au moins, un dispositif actionné de sécurité n'est pas en position d'attente.
 
Dans tous les cas, le préposé chargé de surveiller le SSI doit agir pour remédier à la situation.
 
Les voyants jaune fixes ou clignotants indiquent une anomalie dans le fonctionnement de l'installation ; il s'agit donc de prévenir immédiatement l'équipe de maintenance.
 
Les voyants rouges fixes ou clignotants indiquent la présence supposée d'un incendie. L'action doit également être immédiate.
 
 
 
 
CAS CONCRETS D'EXPLOITATION

1er CAS : Voyant rouge fixe et audition du signal sonore en continu
 
Il s’agit d’une alarme « feu » qui nécessite une réaction immédiate de la part du service de sécurité.
 
Dans l’ordre chronologique, les actions réflexes à réaliser sur le SSI, (soit sur le TS ou l’ECS) consistent à :
  • Appuyer sur le bouton  « Arrêt signaux sonores »,
  • Repérer sur le Tableau de Signalisation (TS) ou sur l’Equipement de Contrôle de Sécurité (ECS), la nature de l’alarme,
  • Rechercher dans le bâtiment l’origine de la détection incendie.
Attention, l’agent SSIAP ne dispose que de quelques minutes avant le déclenchement du système d’alarme général dans l’ensemble de l’établissement.
 
A ce stade, deux cas de figures sont à prendre en compte :
  • Le foyer d’incendie est confirmé (avec déclenchement ou non du signal d’alarme général),
  • Le foyer d’incendie n’est pas confirmé (avec déclenchement ou non du signal sonore d’alarme général).
Foyer d’incendie confirmé avec déclenchement du signal d’alarme général dans l’établissement
  • Faire appel aux services de secours public par l’intermédiaire du « 18 » ou de la ligne directe de l’établissement,
  • Envisager immédiatement l’évacuation générale en fonction de la situation rencontrée.
Foyer d’incendie confirmé sans déclenchement du signal d’alarme général dans l’établissement
  • Faire appel aux services de secours public par l’intermédiaire du « 18 » ou de la ligne directe de l’établissement,
  • Appuyer sur le bouton « Evacuation générale »,
  • Envisager immédiatement l’évacuation générale en fonction de la situation rencontrée.
Foyer d’incendie non confirmé avec déclenchement du signal d’alarme général dans l’établissement
  • Attendre l’arrêt du signal sonore d’alarme générale qui cesse automatique au bout de 5 minutes au maximum.
Foyer d’incendie non confirmé sans déclenchement du signal sonore d’alarme générale dans l’établissement
  • Arrêter le processus avant le déclenchement du signal sonore d’évacuation générale.
  • Acquitter le processus au moyen de la commande ad hoc.
2ème CAS : Voyant jaune fixe non clignotant et audition du signal sonore en discontinu
 
Il s’agit d’une alarme indiquant un défaut de ligne électrique ou un dérangement sur l’un des équipements liés à la détection incendie.
 
Les actions à réaliser consistent à :
  • Stopper le signal le signal sonore (bouton « Arrêt signal sonore),
  • Repérer sur l’équipement de signalisation la nature du dérangement,
  • Procéder à la recherche de l’origine du dérangement en se rendant sur place,
  • Réarmer l’équipement de signalisation (TS ou ECS) en appuyant sur le bouton « Réarmement »
3ème CAS : Voyant jaune clignotant
 
Cette situation est consécutive à la mise hors service (pour maintenance, panne ou autre) de la zone de détection ; cette manœuvre ne peut s’effectuer que sur ordre d’un personnel compétant après information de la hiérarchie (niveau 3 d’accès SSI), voire de la commission de sécurité.
 
Dans ces conditions, des mesures particulières de surveillance doivent être mises en place.
 

 
 
LA LEVEE DE DOUTE

Par action réflexe, l'agent chargé de la surveillance du SSI doit effectuer la levée de doute, c'est à dire qu'il doit envoyer en reconnaissance l'un de ses collègues dans la zone de détection de l'alarme afin s'assurer de l'exactitude des faits.
 
Ce dernier doit rester en liaison permanente avec le poste de sécurité incendie et rendre compte le plus rapidement possible de la situation rencontrée.
 
Le protocole interne des consignes de sécurité permettra de développer un arbre de décisions à prendre en fonction de l'évènement.
 
Il est important de savoir que l'alarme visuelle fournie par les voyants s'accompagne obligatoirement d'un signal sonore au niveau du SSI ce qui permet d'attirer l'attention de l'agent de surveillance.
 
Il appartient ensuite à cet agent de remettre l'installation à l'état de veille par acquittement du système
 
 
UN ENTRAINEMENT QUOTIDIEN

Les grands principes de fonctionnement des SSI sont identiques quel que soit le matériel installé ; toutefois, l'agent SSIAP aura à cœur de maîtriser parfaitement son fonctionnement sous l'autorité du SSIAP 2 par des exercices et des manœuvres régulières.
 
La levée de doute est une opération primordiale qu'il convient de répéter quasiment quotidiennement en ayant une parfaite connaissance des différentes zones de l'établissement.
 
La levée de doute permet aussi de mettre en évidence une anomalie de fonctionnement de l'installation.
 
 
 
Exemple d'Equipement de Contrôle et de Sécurité Marque ESSER 8000 M

  • Webmaster dit :
    21/2/2018

    Bonsoir Vion. Je réitère ma précédente réponse. La levée de doute dans un erp n'est pas une mission anodine. Elle doit s'accompagner d'un protocole bien précis et suppose un personnel bien formé. Dans l'état actuel, seuls les ssiap à mon avis personnel sont formés pour intervenir au mieux, car ce n'est pas si simple que cela paraît. Si l'établissement n'est pas en mesure de mettre en place une organisation digne de ce nom, alors il vaut mieux appeler directement les secours en cas de déclenchement d'un détecteur. Sans vouloir offenser quiconque, un ssiap est un ssiap et un cuisinier est un cuisinier... chacun son métier. Naturellement, je parle de l'organisation d'un grand etablissement. Si votre reflexion est assez avancée, je vs conseille de demander l'avis de la commission de sécurité. Cordialement

  • Vion dit :
    21/2/2018

    Merci pour votre réponse, les agents vont effectuer une formation d'équipier de première intervention d'une durée d'une heure.
    Cependant quand je vois sur votre site qu'il est écrit
    "La levée de doute est une opération primordiale qu'il convient de répéter quasiment quotidiennement en ayant une parfaite connaissance des différentes zones de l'établissement."
    Je ne vois pas comment un agent qui n'a effectué qu'une heure de formation et qui ne sera peut-être appelé qu'une fois dans l'année pourra être efficace.
    Cordialement

  • www.formationssiap.net dit :
    20/2/2018

    Tout dépend ce que l'on appelle levée de doute. S'il s'agit uniquement de rendre compte d'un incident sans effectuer aucune autre action, alors peut être qu'une formation en interne pourrait suffire. Néanmoins, la responsabilité du CH pourrait être engagée si cela se passe mal. À mon avis, qui n'engage que moi, il vaudrait mieux former des ssiap 1 ou des équipiers de 1ere intervention. Cordialement

  • Vion dit :
    20/2/2018

    Bonjour,
    des agent de mon service qui sont cuisiniers, vont être tenus d'effectuer de la levée de doute incendie sur l'Hôpital.
    Doit-on valider une formation spécifique pour effectuer de la levée de doute?

  • Raph dit :
    24/11/2017

    Bonsoir

    Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre, je révise chaque soirs mais c'est vrai que le SSI c'est complexe :-) !!! je croise les doigts pour mon exam et je vous souhaite une bonne continuation, merci encore !!!
    Raphael

  • www.formationssiap.net dit :
    24/11/2017

    Cher Raph,
    Acquitter le processus, signifie simplement que vous interrompez le déclenchement des sirènes d'évacuation générale ; cette action s'effectue généralement quand la levée de doute a été réalisée et qu'on est sûr qu'il n'y a plus de feu ou qu'il est complètement maîtrisé.
    Si vous ne faîtes rien, le processus continue à fonctionner de manière automatique et au bout de 5 minutes au maximum, les signaux sonores d'évacuation se déclenchent d'eux mêmes.
    L'action est délicate, car il faut être absolument certain qu'il n'y a plus aucun risque.
    Quand c'est fait, vous pouvez réarmer, c'est à dire que vous remettez le système en mode de configuration initiale (c'est à dire avant l'incident) et qu'il est de nouveau opérationnel.
    Vous pouvez aussi forcer manuellement le système et appuyer sur le bouton d'évacuation générale si l'importance du feu est confirmée (inutile d'attendre le délai automatique de temporisation)
    Une petite remarque, le fait de fermer la vanne police n'éteint pas l'incendie ; il permet simplement de couper l'arrivée du fluide d'alimentation de la chaufferie (par rapport au triangle du feu, on agit sur le combustible).
    La coupure se trouve généralement à l'extérieur de la chaufferie.
    C'est ce que l'on appelle une action réflexe que feront de toute manière les sapeurs pompiers à leur arrivée.
    Cordialement

  • Raph dit :
    23/11/2017

    Je vous remercie pour la réponse mais si cela ne vous dérange point je souhaiterai vous en poser une dernière :
    Le PC Sécurité reçoit une détection incendie dans le local chaufferie (donc un local a risque important). Arrivé sur zone avec un extincteur, l'examinateur me dit que la porte est froide donc je rentre je visualise je referme la porte, je tire la vanne police. Je prends mon extincteur je fais un test devant la porte, je rentre j'éteins, je ressors. J'appelle le PC : Feu maîtrisé, j'ai tiré la vanne police appel le 18 et lance l'évacuation générale. Est ce que quand je lui dis que le feu est maitrisé, faut il qu'il acquitte le processus ou vu que c'est un local a risque, il faut laisser gueuler l'alarme ? en fait c'est ça qui me perturbe.

    Excusez moi de vous déranger avec ceci.

  • www.formationssiap.net dit :
    21/11/2017

    Cher Raph
    Deux solutions.
    Soit, il n'y a pas de feux et alors vous rearmez
    et vous acquittez.
    Soit, le feu est confirmé et vous déclenchez l'ordre d'évacuation generale.
    Si aucune action de votre part, le déclenchement s'effectue automatiquement.
    Dans tous les cas, il faut bien connaître les procédures applicables dans votre établissement.
    Cordialement

  • Raph dit :
    18/11/2017

    Bonjour

    Je souhaiterai savoir ou doit on appuyer pour acquitter l'alarme quand le rondier a confirmé que le feu est maitrisé ?

    Je précise que j'utilise un SSI Catégorie A.

    La seule touche d'acquittement est "l'acquittement du processus", mais je crois que cela concerne que l'évacuation générale alors je ne voudrai en aucun cas faire de bêtises lors de mon examen.

    Pourriez-vous m'éclaircir s'il vous plaît ?




  • Créer un site
    Créer un site