LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 
 

CONDITIONS D'ISOLEMENT DES ERP



 
CONCEPTION DE L'ISOLEMENT EN ERP

Le principe d'isolement par rapport aux tiers d'un ERP est similaire à celui prévu dans les IGH.
 
Cet isolement a pour objectif d'éviter la propagation de l'incendie d'un ERP à un autre.
 
ISOLEMENT LATERAL ENTRE UN ERP ET UN TIERS

 Pour assurer cet isolement, deux solutions sont envisageables :
  • Construire une paroi séparative coupe-feu de degré 2 heures ;
  • Aménager sur le pourtour de l'ERP une aire libre d'isolement minimum de 8 m
 

Nota : La distance de 8 m est une donnée qui permet d'obtenir par équivalence un degré coupe-feu 2 heures.
 
Comme dans le cas de l'IGH, il n'est pas toujours possible de respecter cette distance de 8 m (en fonction notamment du contexte de l'environnement urbain), c'est pourquoi la réglementation ERP prévoit des dispositions particulières, quand ces distances ne sont pas respectées.
 
Ces dispositions tiennent compte :
  • de la nature du risque (exploitations à risque particulier définies comme tel dans la réglementation) ;
  • de la hauteur du bâtiment tiers ;
  • du dièdre que peuvent former deux façades
  • etc.
 



 
ISOLEMENT D'UN ERP PAR RAPPORT A UN TIERS SUPERPOSE

Les conditions d'isolement entre un ERP et un tiers superposé répondent aussi à des règles bien précises :
  • Plancher bas du niveau le plus haut à 8 m ou à moins de 8 m :
    • Coupe-feu de degré 1 heure si le tiers en partie inférieure est à risque courant ;
    • Coupe-feu de degré 2 heures si le tiers en partie inférieure est à risque particulier.
  • Plancher bas du niveau le plus haut à plus de 8 m :
    • Coupe-feu de degré 2 heures si le tiers en partie inférieure est à risque courant ;
    • Coupe-feu de degré 3 heures si le tiers en partie inférieure est à risque particulier.
 
Il est envisageable, lorsque la réglementation l'autorise, que deux établissements communiquent entre eux par l'intermédiaire d'un dispositif de franchissement.
 
Ce dispositif peut être constitué d'un sas ou d'un seul bloc-porte ; dans tous les cas, le critère d'isolement ne doit pas être affaibli et les degrés de résistance au feu exigé pour ce dispositif varient de ½ heure à 2 heures.
 
De même, la règlementation autorise le franchissement d'une aire libre d'isolement d'un ERP par l'intermédiaire uniquement d'une passerelle, d'un passage souterrain ou en rez-de-chaussée.
 
Ce franchissement ne doit contenir aucun local, aménagement, dépôt ou matériel susceptibles de constituer un potentiel calorifique appréciable ; si ce dispositif n'est pas à l'air libre, il doit être désenfumé.
 
 
LA REGLE DU C + D

La règle du «C+D» est une disposition constructive réglementaire permettant d’éviter la propagation d’un incendie d’un étage à un autre par l’extérieur.
 
Deux cas de figures sont à considérer selon qu’il s’agit d’une façade vitrée ou d’une construction traditionnelle avec murs en parpaings ou en béton.
 

 
 
 
Lorsqu’il s’agit d’une façade vitrée, Le « C » est un indice caractéristique de classe suivant l’essai des façades vitrées défini par l’instruction technique n° 249 ; il est exprimé en mètre.
 
Lorsqu’il s’agit d’une construction en maçonnerie traditionnelle, le « C » est simplement définit par une hauteur en mètre (dans ce dernier cas, il n’y a pas d’essai en application de l’instruction technique n° 249).
 
Le « D » correspond également à une distance exprimée en mètre.
 
La règle du « C + D » permet donc d’éviter une propagation rapide de l’incendie d’étage en étage par l’extérieur par l’intermédiaire de la jonction façade-plancher en créant un obstacle au passage du feu.
 
 

 

 
LA NOTION DE RISQUE COURANT ET DE RISQUE PARTICULIER

L’idée de base repose sur un isolement efficace entre deux établissements qui soit au minimum coupe-feu de degré 1 heure et au maximum coupe-feu de degré 3 heures (sans limite supérieure).
 
Toutefois, un ERP peut avoir une activité plus dangereuse qu’une autre ; dans ce cas, la réglementation, (c’est-à-dire les arrêtés propres à chaque type d’ERP), indique au cas par cas la manière dont doit être considérée l’activité (risque particulier ou pas)
 
Par exemple, les logements du personnel situés dans l'ERP sont classés à risque courant mais un magasin est un établissement recevant du public classé à risque particulier, car l'occurrence d'un incendie y est plus forte.
 
Des mesures particulières d’isolement peuvent être imposées.
 
Nota : Le SSIAP 1 dans le cadre de son examen n'a pas à retenir toutes les caractéristiques techniques des isolements en ERP, mis il doit en connaître les grands principes.
 




Créer un site
Créer un site