LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 

METHODOLOGIE D'EVACUATION EN ERP


 
PRINCIPES D'EVACUATION

L’évacuation générale d’un établissement est du domaine de la responsabilité du chef d’établissement ; toutefois, les agents de sécurité incendie peuvent d’autorité prendre la décision d’évacuation par délégation du directeur, et sur ordre du SSIAP 2 ou du SSIAP 3.
 
Les services publics de secours peuvent aussi décider de l’évacuation générale d’un établissement en fonction des circonstances.
 
C'est une mission difficile, car l'ordre d'évacuation générale d'un établissement peut s'accompagner d'un mouvement de panique difficilement maîtrisable.
 
De même l’effet de groupe de personnes qui ne connaissent pas ou mal l’ERP peut s’avérer catastrophique, notamment si le public aperçoit l’incendie ou la fumée.
 
Il est important de retenir que par définition, un effectif de public important est susceptible de réagir de manière complètement incohérente et les agents SSIAP s’attacheront à surveiller plus particulièrement tout signe d’indiscipline.



A contrario, le déclenchement du système d'alarme ne peut provoquer aucune réaction particulière du public pensant qu'il s'agit d'un dysfonctionnement technique.
 
Cependant, la prise de risque doit être nulle et tout signe de début d’incendie ou de dégagement de fumée dans la zone « public » doit entraîner l’évacuation générale du bâtiment, y compris des employés.
 
 
DEROULEMENT CHRONOLOGIQUE D'UNE EVACUATION


A moins que l’alarme ne soit donnée oralement, dans la plupart des cas, l'ordre d'évacuation est précédé d'un message pré enregistré invitant de manière très claire le public à rejoindre les sorties les plus proches
 
A l’audition du signal d’alarme, Le rôle des agents de sécurité incendie est primordial, car ils doivent encadrer très scrupuleusement le public et le personnel jusqu'à la sortie.
 
D’une manière naturelle, le public aura tendance à utiliser l’issue par laquelle il est entré.
 
Les agents de sécurité incendie s’attacheront donc à répartir les flux d’évacuation vers les autres sorties les plus proches donnant sur l’extérieur.
 
Idéalement, des zones de regroupement devraient être prévues à l’extérieur permettant ainsi une comptabilisation précise des personnes évacuées ; ces zones ne doivent en aucun cas gêner l’arrivée, le stationnement et la progression des secours.
 
Mais attention, dans certains types d’établissements et plus particulièrement en types U et J, le signal d’alarme général est restreint au seul personnel de surveillance afin de ne pas paniquer un public fragile et souvent à mobilité réduite.
 

CONSIGNES D'EVACUATION

Réussir l’évacuation suppose que des consignes aient été mises en place à l'avance et qu'elles soient parfaitement connues du service de sécurité.
 
Il y aura lieu, notamment de s'assurer de la prise en charge des personnes en situation de handicap (fauteuil roulant, malvoyant, mal entendant etc.) ; à cet effet, et si cela s'avère nécessaire, l'évacuation de ce public particulier peut être différée en fonction des circonstances en les positionnant dans des espaces d'attente sécurisés définis à l'avance.
 
Toutes ces dispositions ne s'improvisent pas et il est du devoir du SSIAP 2 et du SSIAP 3 d'entraîner quotidiennement les SSIAP 1 à travers différents exercices de mise en situation.
 
 
ENCADREMENT D'UNE EVACUATION

Maîtriser un flux important de public nécessite une organisation très rigoureuse de la part du service de sécurité de l’établissement.
 
Dans les grands complexes commerciaux, plusieurs milliers de personnes peuvent être concernées.
 
Le règlement de sécurité incendie dans les ERP ne donne pas d’indication précise sur la manière de procéder ; le code du travail est plus précis en la matière et la des formations à l’évacuation sont régulièrement organisées dans les entreprises.
 
Trois notions importantes sont à retenir :
  • Les évacuations se traitent niveau par niveau ou par zone dans l’ordre et dans le calme,
  • A chaque niveau, deux responsables d’évacuation sont désignés : le guide-file et le serre-file,
  • Les évacués sont regroupés vers un ou plusieurs points de rassemblement.
 
Le guide-file est le responsable du niveau où a lieu l’évacuation ; c’est lui qui coordonne l’évacuation ; il se place en tête du cortège des personnes à évacuer.

Le serre-file ferme le cortège des personnes à évacuer ; il s’assure qu’il ne reste plus personne dans les locaux ; il ferme toutes les portes et fenêtre derrière lui.
 
 
Veste de la marque SETON

Il doit faire preuve d’autorité vis à vis des employés souhaitant continuer à travailler en ne prenant pas au sérieux l’ordre d’évacuation.

Ces deux agents doivent être facilement identifiables par le port de gilets fluorescent par exemple.
 
A l’arrivée au point de rassemblement désigné à l’avance, le guide-file procède à l’appel des personnes placées sous sa responsabilité au moyen d’une liste nominative établie à l’avance.
 
Il communique cet état au chef d’établissement.
 
Le ou les points de rassemblement prédéterminés doivent être suffisamment vastes pour contenir l’ensemble des évacués ; dans bien des cas, il s’agira des zones de parking à l’air libre ou les pelouses de l’ERP.

Ces mesures sont particulièrement importantes car le constat du manque de la totalité de l’effectif entraîne de la part des secours publics une stratégie opérationnelle adaptée à la recherche des absents et conditionne la suite des opérations.
 
En principe, chaque guide-file et serre-file encadrent l’évacuation de 25 personnes.
 



 
CAS PARTICULIERS DES TYPES J et U

En types J et U, l’évacuation verticale reste la règle habituelle pour les personnes valides pouvant se déplacer par leurs propres moyens.
 
Mais, compte tenu de la spécificité de ces établissements, du fait des conditions particulières de leur exploitation et de l’incapacité d’une partie du public reçu à pouvoir évacuer ou à être évacué rapidement, l’évacuation repose notamment sur le transfert horizontal des personnes ne pouvant se déplacer par leurs propres moyens au début de l’incendie, vers une zone contiguë et suffisamment protégée.
 
L’évacuation verticale de ces personnes ne doit en effet être envisagée qu’en cas d’extrême nécessité.




Créer un site
Créer un site