LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 
 

CLOISONNEMENT EN ERP



 
L'OBLIGATION DE CLOISONNEMENT
 
En matière de sécurité incendie, l'aménagement des locaux, la distribution des différentes pièces et éventuellement leur isolement doivent assurer une protection suffisante, compte tenu des risques courus, aussi bien des personnes fréquentant l'établissement que de celles occupant les locaux voisins (article R 123-6 du code de la construction et de l'habitation).
 
 
CONCEPTION DU CLOISONNEMENT EN ERP

Afin de répondre à l'objectif fixé par le code de la construction et de l'habitation visé ci-dessus, le règlement de sécurité a prévu plusieurs mesures techniques de mise en œuvre.
 
Le règlement autorise, sous certaines conditions très précises, trois types de cloisonnement :
  • Le cloisonnement traditionnel,
  • Le compartimentage,
  • La sectorisation.
La finalité de ces dispositions architecturales a pour objet de limiter la propagation du feu et des fumées à travers la construction.
 
C'est ainsi que les locaux doivent être séparés d'une part entre eux et d'autre part par rapport aux dégagements par des parois verticales et des portes ayant certaines caractéristiques de résistance au feu.
 


 
LE CLOISONNEMENT TRADITIONNEL

C'est le cloisonnement le plus classique.
 
Chaque local dispose de parois et portes d'accès. Une grande majorité des ERP est aménagée en cloisonnement traditionnel.
 
Les critères de résistance au feu des parois et des blocs-portes sont tributaires des conditions de stabilité au feu du bâtiment.
 
Il est important d'observer que les locaux réservés au sommeil nécessitent un isolement plus important que les locaux non réservés au sommeil
 
De même, plus le degré de stabilité au feu des éléments porteurs est important, et plus les critères de résistance au feu des parois et des portes sont augmentés ; il est rappelé que les degrés de stabilité au feu des éléments porteurs dépendent directement de la hauteur du plancher bas du niveau le plus haut de l'ERP.
 
 
LE COMPARTIMENTAGE

Quand il est autorisé, le compartiment est un volume libre à l'intérieur duquel les exigences de résistance au feu relatives aux parois verticales ne sont pas imposées.
 
Ce concept architectural, permet par exemple d'aménager des bureaux paysagers sans cloisonnement bien définis à l'intérieur du compartiment, ou la mise en œuvre de cloisons modulaires.
 
Toutefois, les compartiments doivent obligatoirement répondre aux exigences suivantes :
  • Obligation de deux compartiments par niveau d’une capacité d’accueil du même ordre de grandeur,
  • Possibilité d’extension du compartiment à deux niveaux,
  • Parois périmétriques résistantes au feu,
  • Communication entre deux compartiments par un bloc-porte ou un sas,
  • Désenfumage obligatoire.
 
LA SECTORISATION

Lorsqu'elle est autorisée, la sectorisation constitue un "cloisonnement traditionnel renforcé" complémentaire de ce dernier.
 
 
Caractéristiques des secteurs Obligations réglementaires
A chaque étage Nombre de secteurs = nombre d’escaliers
Capacité d’accueil Du même ordre de grandeur
Isolement entre eux Parois CF° 1 h et un bloc-porte PF° ½ h avec ferme-porte
Surface unitaire Maxi : 800 m²
Longueur maximum côté façade accessible aux secours 20 m
Autres dimensions maximum 40 m
Cloisonnement intérieur Cloisonnement traditionnel
 

 
INTERET DU CHOIX ARCHITECTURAL

Il faut bien comprendre la différence essentielle entre un compartimentage et une sectorisation.
 
Hormis le fait que c'est le règlement de sécurité qui détermine la possibilité ou non de réaliser les différents types de cloisonnement définis ci-dessus, le concept architectural retenu est surtout lié aux conditions d'accès à l'ERP, ainsi qu'aux conditions d'exploitation de l'ERP.
 
C'est à travers ce choix architectural que le règlement de sécurité démontre toute sa souplesse.
 
CLOISONNEMENT TRADITIONNEL COMPARTIMENTAGE SECTORISATION
Méthode architecturale "classique" En fonction du mode d'exploitation de l'ERP En cas d'impossibilité d'aménagement de voies-échelles
Est autorisé dans tous les ERP Ou impossibilité de cloisonner traditionnellement Obligation de création d'espaces libres accessibles aux échelles aériennes des sapeurs-pompiers
 
ATTENTION :
 
Il est à noter qu’il n’est pas possible de créer à la fois des secteurs et des compartiments dans un même ERP.
 
 
CAS PARTICULIERS DES ERP DE TYPE J ET U

Rappelons tout d'abord qu'un type J est une maison de retraite et qu'un type U est un établissement sanitaire et social (hôpital et établissements de soins en général).
 
En matière de cloisonnement, ces deux types particuliers d'ERP introduisent la notion de « zones protégées ».
 
Une zone protégée peut être cloisonnée soit de manière traditionnelle, soit compartimentée.
 
Les principes fondamentaux de sécurité dans ces établissements reposent sur leurs conditions particulières d'exploitation et sur l'incapacité ou la difficulté d'une partie du public reçu à pouvoir évacuer ou à être évacué rapidement (article J 3).
 
Compte tenu de cette situation, le concept de sécurité impose qu'en début d'incendie, les  malades ou les personnes âgées ne pouvant se déplacer sans l'aide du personnel, soient transférées horizontalement vers une zone contigüe suffisamment protégée.
 
Pour répondre à cet objectif, les principes suivants sont retenus :
  • Renforcement des conditions d'isolement
  • Large emploi de la détection automatique d'incendie
  • Désenfumage des couloirs de circulation
  • Sensibilisation et formation du personnel aux tâches de sécurité
Il reste bien entendu, que l'évacuation verticale par les escaliers reste la règle pour les personnes pouvant se déplacer par leurs propres moyens
 
Il ressort de ces dispositions, que ces établissements doivent obligatoirement être recoupés en deux zones à chaque niveau d'une capacité d'accueil équivalente.
 
Toutefois, dans une même zone ne peuvent cohabiter cloisonnement traditionnel et compartimentage.
 
De même la création de compartiment ne peut être autorisée que dans les zones ne comportant pas de locaux à sommeil ; dans ce cas, la surface du compartiment ne doit pas excéder 600 m².
 
Le cloisonnement traditionnel est le seul type de cloisonnement autorisé dans les zones avec locaux à sommeil avec des capacités d'hébergement limitées à 14 résidents. La surface unitaire de chaque zone est limitée à 600 m².
 
Dans les établissements recevant du public classés en type U, les mesures de cloisonnement sont essentiellement les mêmes qu'en type J, sachant que le principe fondamental de base repose sur la notion de zones protégées à chaque niveau ; les seules différences résident dans les capacités d'hébergement de chaque zone et dans la surface des zones qui sont légèrement supérieures.
 


 
LOCAUX A RISQUES PARTICULIERS

En complément de l'ensemble des mesures visées par le cloisonnement traditionnel, le compartimentage ou la sectorisation, le règlement de sécurité intègre aussi la notion de locaux à risques particuliers d'incendie.
 
Les locaux sont classés selon trois critères :
  • Les locaux à risques courants
  • Les locaux à risques moyens
  • Les locaux à risques importants
En outre, certains ERP sont classés dans leur intégralité en établissement à risques particuliers d'incendie, comme dans le cas des ERP de type M (centres commerciaux et magasins).
 
Les différents locaux sont listés au cas par cas par la réglementation en fonction de leur activité et la commission de sécurité peut d'autorité compléter ces listes en fonction de l'analyse de risque qui aura été faite.
 
Ce classement en risque importants ou moyens a une incidence directe sur le degré de résistance au feu des parois d'isolement du local considéré.
 
C'est ainsi qu'un local réserve de grandes dimensions dans un magasin n'aura pas les mêmes critères d'isolement au feu qu'un bureau situé dans une petite agence bancaire.
 
En principe, l'isolement des locaux à risques importants est assuré par des parois coupe-feu de degré 2 heures et des blocs-portes coupe-feu de degré 1 heure sans communication directe avec les locaux dégagements accessibles au public.
 
Sont considérés comme locaux à risques importants par exemple :
  • Les chaufferies,
  • Les locaux de stockage etc.
Les locaux à risques moyens sont isolés par des parois coupe-feu de degré 1 heure et des blocs-portes coupe-feu de degré ½ heure
 
Ils peuvent être en communication avec les locaux et dégagements accessibles au public.
 
Sont considérés comme locaux à risques moyens, par exemple :
  • Les lingeries,
  • Les petites réserves,
  • Les offices etc.
Les locaux à risques courants constituent le reste des locaux non visés ci-dessus comme par exemple les logements du personnel situés dans les ERP.
 
Ils ne sont soumis à aucune exigence particulière d'isolement hormis celles propres aux dispositions relatives au cloisonnement traditionnel ou au compartimentage.
 
 
COMPARTIMENTAGE ET IGH


Les règles de compartimentage dans les IGH répondent à des caractéristiques bien particulières et font l'objet d'un autre exposé.

  • Karima dit :
    13/10/2018

    Merci . C’edt un très bon exposé.

  • reda dit :
    19/6/2017

    je prepare mon ssiap tres interessant.cdlt




  • Créer un site
    Créer un site