LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 

APPEL ET RECEPTION DES SECOURS

 
 
QU'EST-CE-QUE L'ALERTE ?

C'est  l'action qui consiste à demander l'intervention d'un service public de secours et de lutte contre l'incendie en cas de sinistre ou d'accident.
 
Le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les ERP impose que les sapeurs-pompiers puissent être alertés immédiatement.
 
Il ne faut pas confondre alerte et alarme.
 

L'alarme concerne la détection de l'incendie par des moyens humains ou matériels (détection automatique) et l'information du public l'invitant à évacuer l'établissement, alors que l'alerte concerne l'appel des secours publics.

 
DIFFERENTS MOYENS D'ALERTE
 

Plusieurs moyens permettent d'alerter les secours :
  • Ligne téléphonique reliée à un centre de traitement de l'alerte des sapeurs-pompiers ;
  • Avertisseur d'incendie privé ;
  • Téléphone urbain fixe ;
  • Avertisseur d'incendie public ;
  • Tout autre dispositif.
La ligne téléphonique directe concerne les grands établissements en principe classés en première catégorie, tels que les centres commerciaux par exemple.
 
C'est une ligne téléphonique dite "spécialisée" qui permet de se mettre en relation immédiatement avec les sapeurs-pompiers sans avoir à composer de numéro.
 
Son usage est exclusivement réservé au service de sécurité SSIAP de l'établissement.
 
 
Le téléphone urbain est  le moyen le plus répandu pour alerter les services de secours publics.
 
Les avertisseurs privés ou publics deviennent marginaux et sont essentiellement localisés sur la ville de Paris.
 
 
Tout autre dispositif d'alerte peut être accepté sur avis de la commission de sécurité ; c'est ainsi que peuvent être acceptés le téléphone portable ou d'autres moyens très spécifiques dans les conditions fixées par la réglementation.
 
Quel que soit le moyen d'alerte retenu, il est indispensable que les numéros d'appel d'urgence soient affichés à proximité immédiate et de manière très visible :
  • Le 15 pour le SAMU ;
  • Le 17 pour la police ou la gendarmerie ;
  • Le 18 pour les sapeurs-pompiers ;
  • Le 112 qui est le numéro d'appel d'urgence européen. 
LA DEMANDE DE SECOURS

La demande de secours est un élément fondamental dans l'alerte. Elle doit être concise et sans aucune ambiguïté.
 
La demande de secours doit être exclusivement factuelle sans minimiser les dégâts mais sans non plus les aggraver.
 
Elle suppose donc que les agents de sécurité soient formés et entraînés à effectuer une demande de secours.
 
Elle passe obligatoirement par l'élaboration d'une fiche de consignes préalable qui énumère très clairement les éléments d'informations à transmettre aux secours.
 
L'identification de l'appelant :
  • "Bonjour, ici le poste de sécurité du magasin ...
L'adresse précise de l'établissement :
  • "Mon adresse est le n°... de la rue... sur la commune de ..."
Le numéro de téléphone de l'établissement :
  • "Mon numéro de téléphone est le..."
La nature du sinistre et sa localisation :
  • "Un incendie vient de se déclarer dans la réserve principale sur une surface de 150 m²" Les actions entreprises :
  • "2 agents SSIAP ont établi la lance du RIA le plus proche"
  • "L'évacuation de l'établissement est en cours (environ 50 personnes)"
  • "Le système d'extinction automatique s'est déclenché".
La présence ou non de victimes :
  • "Il n'y a pas de victimes mais le public est affolé"
Les risques éventuels :
  • "Une citerne de gaz propane est implantée à 25 m du sinistre"
Les accès à privilégier :
  • "Il faudrait utiliser le portail situé derrière l'établissement accessible à partir de la rue...."
L'accueil des secours :
  • "Un agent SSIAP vous attendra devant la façade principale du magasin"
Au-delà de ces renseignements élémentaires, un dialogue va s'instaurer entre l'appelant et les services de secours.
 
Le plus souvent, ce dialogue suit un ordre chronologique à partir d'une grille de renseignements types.
 
Il est impératif de ne pas raccrocher.
 
Lorsque les renseignements seront suffisants, l'opérateur sapeur-pompier vous invitera lui-même à raccrocher.
 
Même si le dialogue peut parfois paraître long aux yeux de l'appelant, le maximum de détails doit être transmis afin d'optimiser la qualité de l'intervention. Dans bien des cas d'ailleurs et lorsque la nature de l'appel le nécessite, les secours sont quasiment engagés à l'appel et les compléments d'informations sont transmis au chef de détachement en cours de déplacement.
 
 
 
PREPARATION DE L'ARRIVEE DES SECOURS

Comme il a été dit ci-dessus, il est impératif d'accueillir les secours de la meilleure façon.
 
La présence d'un agent de sécurité positionné au lieu d'arrivée des secours est impérative.
 
Le rôle de cet agent est primordial puisqu'il a la mission de guider les premières reconnaissances jusqu'au lieu du sinistre.
 
Cette mission est particulièrement importante dans les grands établissements. L'agent désigné doit être en possession des plans de l'ERP.
 
 
La première mesure élémentaire à vérifier par le service de sécurité est de s'assurer que les voies d'accès réservées aux secours sont libres de tout encombrement.
 
 
GUIDAGE DES SECOURS

L'agent de sécurité ayant accueilli les secours à leur arrivée sera chargé de guider le premier chef de détachement à travers l'établissement.
 
Cet agent devra connaître parfaitement les différents accès, les points sensibles, les zones à risques etc.

Il devra posséder les clés des locaux impactés par le sinistre et être en mesure d'indiquer l'emplacement des principaux moyens de secours :
  • Commandes de désenfumage ;
  • Emplacement du SSI.
 
 
Les plans en sa possession devront être synthétiques, mais facilement lisibles sans être trop surchargés.
 
L'agent SSIAP doit se mettre spontanément à la disposition du chef de détachement et être en mesure de lui apporter le maximum de précisions ; il doit pouvoir répondre à toutes les questions techniques ou tout du moins apporter l'information dans les plus brefs délais.
 
 
 
INFORMATION DE LA HIERARCHIE

Il est impératif de prévenir immédiatement la hiérarchie de l'établissement, et de la tenir informée très régulièrement de la situation notamment s'il elle n'est pas sur place en permanence.
 
L'idéal serait de pouvoir joindre très rapidement un responsable de l'entreprise d'un niveau hiérarchique suffisant pour pouvoir prendre les décisions qui s'imposent dans le cadre du sinistre.
 
Toutes les opérations mentionnées ci-dessus doivent être scrupuleusement notées sur la main courante.
 
 
DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX IGH

Dans le cas où les accès et sorties de l’immeuble de grande hauteur sont tous verrouillés, un interphone doit permettre aux services publics de secours et de lutte contre l’incendie de contacter les personnels du Poste Central de Sécurité depuis l’accès qui leur est habituellement réservé.
 
Le service de sécurité incendie et d’assistance à personnes doit pouvoir mettre à la disposition des services publics de secours et de lutte contre l’incendie, au moment du sinistre, le matériel et les documents suivants :
  • Quatre appareils émetteurs-récepteurs radio au moins, pour l’ensemble de l’immeuble.
    • Le fonctionnement de ces derniers est possible dans la totalité de l’immeuble de grande hauteur,
  • Les commandes d’ascenseur,
  • Des plans détaillés de l’immeuble.




Créer un site
Créer un site