LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 

ORGANISER UNE SEANCE DE FORMATION

LE ROLE DE FORMATEUR DU SSIAP 2

Une des missions du chef d’équipe consiste à former les agents SSIAP en matière de sécurité contre l’incendie, mais aussi à sensibiliser les autres occupants de l’établissement.
 
Les compétences de formateur du chef d’équipe sont d’ailleurs testées lors de l’examen final par le biais de l’animation d’une séance pédagogique d’une durée de 15 minutes ; c’est dire toute l’importance que le législateur accorde à ce volet bien particulier.
 
Quelques techniques simples exposées ci-dessous vous permettront de bien aborder cette épreuve tant redoutées par les candidats.
 
 
On ne s’improvise pas formateur, mais on le devient en acquérant des connaissances de base sur le comportement d’un groupe et sur l’apprentissage de méthodes pédagogiques bien ciblées.
 
Le principal objectif de  la formation étant d’améliorer le comportement professionnel des équipiers, leur savoir-être et leur savoir-faire.
 
 
Cet objectif peut se traduire par des séances d’information théoriques ou pratiques mais aussi par des exercices applicatifs.
 

LA COMMUNICATION

Un célèbre ingénieur Claude Shannon a parfaitement résumé dans les années 40, le processus de communication entre un émetteur (en l’occurrence le formateur) et le récepteur (en l’occurrence l’équipier).
 
Ce schéma de communication établi à la base pour mieux comprendre des notions d’acoustique et de transmission du son, a été repris depuis par les spécialistes des sciences humaines et peut permettre de mieux comprendre quelques règles simples de pédagogie :
 
 
 
   
 
 
 
Ce schéma signifie que celui qui reçoit un message (le récepteur) ne l’interprète peut-être pas comme celui qui l’a émis (l’émetteur, donc le formateur) ; des distorsions sont susceptibles de fausser la compréhension du contenu du message.
 
La communication est linéaire ; le récepteur (l’équipier) est associé à une cible passive qui reçoit une information, réagit et la réinterprète en conséquence ; c’est ce que l’on appelle le « feedback ».
 
Pour parvenir à une bonne harmonie, le formateur et l’équipier doivent donc se réajuster pour atteindre un bon équilibre de compréhension mutuelle.
 
 
Le rôle primordial du formateur est de se faire comprendre. Cela signifie que communiquer, c’est avant tout établir une relation et délivrer un message.
 
 
Il devra s’assurer que le message a bien été compris et n’hésitera pas à le vérifier.
 
Le formateur doit se mettre à la portée de son auditoire et utiliser le même langage que lui.
 
Il y a une grande différence entre :
  • Ce que le formateur veut dire,
  • Ce que le formateur dit réellement,
  • Ce que l’auditoire entend,
  • Ce que l’auditoire écoute,
  • Ce que l’auditoire comprend,
  • Ce que l’auditoire retient.
 
De nombreuses statistiques ont démontré  qu’un être humain normalement constitué retient :
  • 10 % de ce qu’il lit,
  • 20 % de ce qu’il entend,
  • 30 % de ce qu’il voit,
  • 50 % de ce qu’il écoute
 
A ce niveau, la mémoire est particulièrement sélective et c’est ainsi que l’on distingue des mémoires cérébrales, auditives, visuelles ou gestuelles.
 
 

L’ADAPTATION AU GROUPE

 
Il faut avant tout que le formateur s’adapte à son groupe et non pas le contraire.
Cela nuirait fondamentalement à la qualité de la formation.
 
 
Dès le départ, un tour de table permettra à chaque personne de se présenter succinctement.
 
Ensuite, le formateur (ou le chef d’équipe) teste le niveau général du groupe par des questions simples ; ce préambule permet d’établir une relation (principe fondamental de communication), puis de cerner le niveau du groupe.
 
Ces premiers éléments permettront au formateur de doser la difficulté de l’enseignement et d’identifier plus facilement les agents susceptibles de ressentir des difficultés de compréhension.
 
 
C’est également à l’occasion du tour de table que les personnalités les plus fortes ou les plus réservées du groupe se démarqueront et c’est un excellent indicateur pour le formateur. 
 
Pour le formateur :
 
Il s’agit d’écouter le groupe et non pas de s’écouter ; n’oublions pas que communiquer, c’est établir une relation.
 
A cet effet, le formateur s’attache à bien observer les attitudes de son auditoire.
 
 
L’association de la théorie et de la pratique optimise la compréhension du message.
 
 
Elle rend la mémorisation plus efficace ; le formateur ne devra pas hésiter à utiliser des mots-clés et à reformuler les éventuelles questions de l’auditoire.
 
Les questions doivent aussi provenir du formateur, mais attention, l’exercice est difficile.
 
Le chef d’équipe s’adressant à un public d’adultes dans le monde du travail ne devra pas être trop scolaire ce qui serait susceptible de démotiver ou d’infantiliser l’équipe.
 
Le formateur ne doit pas non plus juger l’équipier à travers des questions trop complexes, car cela risque de mettre en difficulté l’apprenant et de casser définitivement le schéma de communication, et la relation qui s ‘en suit.
 
Il est également nécessaire d’encourager le groupe collectivement ou individuellement afin d’optimiser la progression pédagogique ; attention également à ne pas laisser de côté les équipiers en difficulté d’apprentissage.
 
 
La formation doit être vécue comme une activité constructive et non pas être subie.
 
 
Pour l’équipier :
 
Avant tout, l’équipier doit faire preuve de motivation ; il doit ressentir un réel intérêt pour le sujet qui doit être réaliste et en rapport avec l’activité exercée.
 
 
L’équipier doit se sentir impliqué par la formation et la considérer comme une obligation professionnelle au même titre que les autres aspects de son métier.
 
 
L’implication sera d’autant plus importante que l’équipier aura été confronté à une difficulté particulière dans l’exercice de ses fonctions.
 

LE TRAVAIL DE PREPARATION EN AMONT

Il est exclu que le chef d’équipe improvise la séance de formation ; un travail minimum de préparation s’impose.
 
Le formateur s’adresse à un public déjà formé ; il doit donc s’efforcer d’apporter une plus-value à la séance qu’il organise.
 
Les plus méticuleux réuniront une documentation technique si c’est nécessaire.
 
Des fiches pédagogiques seront également systématiquement rédigées et des cas concrets de mise en application pratique devront être réalisés.
 
 
La préparation des cas concrets doit être réaliste et de difficulté progressive.
 
 
 

LES DOCUMENTS PEDAGOGIQUES

Les documents pédagogiques peuvent provenir de différents horizons et les moyens informatiques actuels offrent des solutions innombrables permettant d’animer au mieux les différentes formations.
 
Quelques supports sont dorénavant incontournables et facilitent grandement le travail du formateur :
  • Le tableau blanc
  • Le paperboard (qui permet de conserver les explications écrites)
  • Le rétroprojecteur et l’utilisation de transparents (matériel tendant à disparaître)
  • Le vidéoprojecteur
 
La vidéo projection qui se généralise de plus en plus nécessite cependant une bonne maîtrise de l’utilisation des logiciels spécialisés de présentation.
 
Les moyens techniques (SSI, RIA etc.) de l’établissement sont assimilables à des supports pédagogiques lorsqu’ils sont utilisés à des fins de démonstrations pratiques.
 
 

LA PRATIQUE DE L'ANIMATION

 
La pratique de l’animation s’acquiert avec l’expérience et la nature du sujet abordé.
 
 
Présentation du sujet :
 
Il faut présenter clairement le thème en tenant compte de deux facteurs déterminants :
  • Le sujet est connu de l’auditoire,
  • Le sujet n’est pas connu de l’auditoire. 
Dans les deux cas, l’objectif à atteindre doit être bien identifié par les équipiers sans aucune ambiguïté.
 
A cet effet, il sera peut-être nécessaire de scinder l’objectif principal en objectifs intermédiaires, le tout s’inscrivant dans une progression pédagogique cohérente.
 
Aménagement de la salle :
 
La disposition de la salle de formation est également un paramètre à prendre en compte.
 
Il n’y a pas de règle absolue, et plusieurs aménagements de tables peuvent être envisagés.
 
La forme en « U » est la plus communément adoptée ; elle permet une meilleure intégration du formateur au sein du groupe.
 
Je déconseillerai l’aménagement de type scolaire (rangées de tables et de chaises les unes derrière les autres) qui peut nuire à la participation de l’auditoire en fond de salle.
 
Ce dernier point peut cependant être acceptable s’il n’y a que des chaises (type salle de conférence).
 
 
Durée de la formation :
 
Attention à ne pas fatiguer le groupe.
 
 
Limiter une séance de formation à 45 minutes au maximum
est une bonne solution pédagogique.
 
 
Au-delà de cette limite, le risque de fatigue de l’auditoire va se faire sentir très rapidement et le message deviendra totalement inefficace.
 
Par ailleurs, il faut tenir compte de l’âge du public concerné dont certains éléments sont peu ou pas habitués à rester longtemps assis.
 
Tout est question de dosage et de psychologie.
 
Enfin, la pratique de l’animation consiste également à mixer l’ensemble des aspects évoqués ci-dessus (voix, gestuelle, attitude, utilisation de supports et de documents pédagogiques).
 
Quelques règles simples :
  • L’équipier doit être intimement persuadé du bien-fondé de la formation,
  • L ‘équipier doit être en mesure de mettre en application ce qu’il apprend,
  • Le formateur ne doit enseigner ou rappeler qu’un sujet à la fois sans se disperser (exemple : démonstration du SSI, manipulation des extincteurs),
  • Le formateur doit systématiquement s’assurer de la bonne compréhension de son groupe.
 

DEROULEMENT CHRONOLOGIQUE D'UNE SEANCE DE FORMATION

Là encore, il n’y a pas de règles absolues mais une méthodologie à adapter en fonction de l’attitude de son auditoire et du thème abordé.
 
Les points clés évoqués ci-dessous sont applicables à tous types de formations et sont susceptibles de donner de bons résultats :
  • Débuter par un questionnaire simple de rappel de la séance précédente afin de consolider les acquis,
    • Il ne s’agit de refaire intégralement le cours et 5 minutes suffisent.
  • Revenir éventuellement sur des points mal compris,
    • Se rappeler que la mémoire des apprenants est très sélective.
  • Présenter l’objectif principal du cours et éventuellement les objectifs intermédiaires,
    • A ce niveau, il est impératif d’écrire le ou les objectifs au tableau afin que l’auditoire s’en imprègne bien  et que le langage soit commun à tous.
  • Entamer le cours en respectant la progression pédagogique prédéfinie,
 
S’il s’agit d’un cours essentiellement pratique, il faudra s’inspirer des préceptes suivants :
  • Décomposer la séance,
  • Démonstration à vitesse normale,
  • Commenter la démonstration en donnant le maximum d’explications,
  • Décomposer la gestuelle de la démonstration à vitesse lente,
  • Nouvelle démonstration à vitesse normale,
  • Questions/réponses,
  • Mise en application individuelle ou en sous-groupes.
 

L’EPREUVE A L'EXAMEN SSIAP 2

Le futur chef d’équipe qualifié SSIAP 2 devra animer une séquence pédagogique.
 
Le temps imparti à cette épreuve est de 15 minutes par candidat.
 
Il semble donc utile de préciser que le candidat n’aura pas le temps matériel de développer l’intégralité d’un cours dans ce laps de temps très court.
 
Afin de maîtriser au mieux les questions du jury, il est absolument essentiel d’élaborer des fiches pédagogiques.
 
Lors de la formation initiale, le futur chef d’équipe sera amené en séance applicative à préparer quelques fiches, conformément aux dispositions de l’annexe 3 de l’arrêté ministériel de 2 mai 2005 modifié et consolidé.
 
Les thèmes indiqués dans cette annexe sont les suivants :
  • Fondamentaux de la sécurité incendie (dans les ERP et les IGH
  • Les principes d’évacuation du public et la particularité du type U et de l’IGH
  • Les caractéristiques des matériaux et éléments de construction face à un incendie
  • Les systèmes de sécurité incendie
  • Les moyens d’extinction
  • Encadrement de feux pratiques
 
Afin d’éclairer le candidat sur la méthode à adopter, je l'invite à s'inspirer d'une présentation possible des fiches pédagogiques correspondant aux thèmes ci-dessus ICI
 
L’auteur rappelle que cette méthode n’est pas la seule utilisable, mais elle est issue de sa propre expérience et de ses études conduites en la matière.
 
Par ailleurs, cette méthode est conforme à la présentation des schémas de formation définis par la Direction de la sécurité civile et elle reprend dans les grandes lignes les termes de l’arrêté ministériel du 2 mai 2005 relatif à la formation SSIAP.
 
 

APPROCHE DE LA TERMINOLOGIE EN FORMATION

 
A – Le scénario pédagogique
 
Une formation complète ou ponctuelle, un recyclage, une remise à niveau, un maintien des connaissances sont des actions de formation qui doivent répondre à des objectifs précis déclinés sous la forme de scénarios pédagogiques.
 
Le scénario pédagogique fixe le cadre général de la formation et définit le profil attendu après formation.
 
C’est ainsi que l’ensemble des formations du SSIAP 1 au SSIAP 3 sont déclinés en scénarios pédagogiques.
 
Ils se décomposent le plus souvent en plusieurs séquences théoriques ou pratiques en indiquant les savoirs à acquérir et incluant elles-mêmes des séances pédagogiques.
 
 
B – La séquence pédagogique
 
La séquence pédagogique est constituée d’un ensemble de séances destinées à atteindre un objectif.
 
En principe, une séquence pédagogique ne devrait pas excéder une dizaine de séances.
 
 
C – La séance pédagogique
 
C’est un temps d’enseignement qui ne doit pas excéder 45 minutes et ne devrait être consacrée qu’à l’étude d’un seul sujet ; mais elle peut s’échelonner sur une plus grande durée si elle est entrecoupée de pauses.
 
 
D – La fiche pédagogique
 
La fiche pédagogique permet au formateur de conduire une séance de formation en respectant une progression formative prédéfinie.
 
La fiche pédagogique évite au formateur d’être hors sujet et elle lui indique la marche à suivre de son cours, paragraphe par paragraphe.
 
Elle définit la chronologie du cours ; elle indique le(s) objectif(s) intermédiaires à atteindre.
 
C’est un aide-mémoire précieux qui donne au cours une cohésion parfaite et un suivi pédagogique adapté.
 
Il n’existe pas de méthode type d’élaboration d’une fiche pédagogique ; chaque formateur peut adopter sa propre formule.
 
Dans tous les cas, elle doit être synthétique et facile d’utilisation.
 
La fiche pédagogique s’applique à une seule séquence de formation ; elle indique également le savoir à acquérir en fin de cours.
 
Mais attention, il ne s’agit pas de rédiger l’intégralité du cours sur la fiche mais simplement d’indiquer les grands titres dans l’ordre à décliner.
 
 

CE QU'IL FAUT RETENIR

On ne s’improvise pas formateur, mais on le devient en acquérant des connaissances de base sur le comportement d’un groupe et sur l’apprentissage de méthodes pédagogiques bien ciblées.
 
Le principal objectif de  la formation est d’améliorer le comportement professionnel des équipiers, leur savoir-être et leur savoir-faire.
 
Le rôle primordial du formateur est de se faire comprendre.
 
Il doit se mettre à la portée de son auditoire et utiliser le même langage que lui ; à cet effet, il s’adapte en permanence à son groupe et non pas le contraire.
 
L’association de la théorie et de la pratique optimise la compréhension du message.
 
La formation doit être vécue comme une activité constructive et non pas être subie ; l’équipier doit aussi s’impliquer et la considérer comme une obligation professionnelle au même titre que les autres aspects de son métier.
 
L’aménagement de la salle de formation a une grande importance.
 
La mise en place de cas concrets doit être réaliste et de difficulté progressive.
 
La pratique de l’animation n’est pas innée ; elle s’acquiert avec l’expérience.
 
Une séance pédagogique ne devrait pas excéder 45 minutes au maximum.
 
Le chef d’équipe SSIAP 2 maîtrise et sait appliquer la terminologie utilisée en formation :
  • Scénario pédagogique
  • Séquence pédagogique
  • Séance pédagogique
  • Fiche pédagogique
 

 



  • Aymeric dit :
    25/5/2017

    Bonjour, je passe mon SSIAP 2 dans 2 semaines et ça me stresse beaucoup mais ce que je viens de lire me rassure un peu! Merci beaucoup et courage si d'autres comme moi passe bientôt le SSIAP 2

  • pierre dit :
    2/1/2014

    Merci pour tout ces conseils je passe mon SSIAP 2 dans quelques mois et je trouve très rassurant de voir ce qui nous attend

    merci

  • BADRE KANDAFIL dit :
    21/12/2013

    Je vous remercier pour les agents SSIAP c'est très important ce que vous faites et c'est très utile merci encore .




  • Créer un site
    Créer un site