Chargement... Merci de patienter quelques secondes...
 





LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE

 
 



LA MAIN COURANTE


(Mise à jour le 11 avril 2013)


Le journal de bord de l'établissement

La main courante est le journal de bord  de la sécurité dans l'établissement.
 
Elle est tenue par l'agent de sécurité de permanence au poste de sécurité.
 
Ce document aux pages numérotées relate par ordre chronologique :
  • Les évènements ayant trait à la sécurité (début de feu, accident...) ;
  • Les horaires de prise et de fin de service, ronde...;
  • Les interventions (secours à personne, incendie...) ;
  • Les anomalies constatées au cours des différentes rondes (extincteurs déplombés, encombrement des voies réservées aux sapeurs-pompiers etc. ;
  • Les dysfonctionnements ou les pannes sur le matériel de sécurité (mauvais fonctionnement du SSI, éclairage de sécurité etc.)
 
Elle doit être signée quotidiennement par le chef de poste en fin de service ou par la direction de l'établissement.
 
Les mentions sur la main courante doivent être brèves mais suffisamment précises pour que l'information soit compréhensible par la hiérarchie.
 


Il est formellement interdit :
 
  • D’arracher une page de ce cahier,
  • De griffonner sur la main courante,
  • De gommer la main courante,
  • De modifier la numérotation des pages,
  • De laisser consulter la main courante à toute personne étrangère au service sauf les autorités publiques dûment mandatées.
 
 
La rédaction de la main courante
 
 
La difficulté du compte rendu réside principalement dans la forme de sa rédaction.
 
Les éléments consignés doivent être factuels et exclusivement factuels.
 
Il ne s'agit pas d'écrire un roman fleuve, mais de privilégier la forme administrative sans état d'âme.
 
La main courante ne doit pas être ambiguë.
 
Elle ne doit pas prendre position sur un fait ni mentionner des hypothèses non avérées.
 
Si le fait mentionné sur la main courante nécessite une explication plus élaborée, ou si la hiérarchie le demande, il fera alors l'objet d'un rapport ou d'un compte-rendu circonstancié annexé à la main courante..
 
La main courante et ses rapports annexés peuvent être saisis par l'autorité judiciaire ou l'autorité de police.
 
Cette circonstance impose que la main courante soit particulièrement bien tenue.
 
Elle demande un effort rédactionnel particulier ; c'est même un pré requis pour passer l'examen de SSIAP 1.
 
 
La main courante informatique
 
De nombreux services de sécurité incendie utilise une main courante informatique.
 
Il s'agit d'un logiciel professionnel reprenant une multitude de fonctions.
 
La main courant informatique présente de nombreux avantages, parmi lesquels on peut distinguer :
 
  • L'identification du rédacteur par un système de requêtes diversifiées (code d'accès, reconnaissance d'emprunte ...),
  • L’arrivée ou le départ des agents,
  • Planification de missions avec traçabilité,
  • La mise en place d’un cahier de liaison,
  • Horodatage,
  • Rappel automatique des consignes,
  • Missions en cours .....

 


Le registre de sécurité

Attention, il ne faut pas confondre la main courante et le registre de sécurité. Il s’agit de deux documents très différents et qui n’ont pas la même fonction.

Le registre de sécurité est un document sur lequel sont mentionnés l’ensemble des contrôles réglementaires et les vérifications techniques obligatoires de l’établissement.

C’est ainsi que l’on trouvera sur le registre de sécurité les renseignements suivants :
  • L’état nominatif des agents SSIAP complété de leurs diplômes et date de recyclage,
  • Les dates de vérification :
    • Des installations électriques
    • Des installations de chauffage
    • Des installations de gaz
    • Des moyens de secours
    • De l’ensemble des installations ayant trait à la sécurité contre l’incendie
  • Les dates de passage de la commission de sécurité ainsi que les rapports subséquents
  • Etc.
 
Le registre de sécurité n’est pas figé dans l’absolu ; il peut être constitué d’un seul document ou au contraire de plusieurs documents, car cela dépend essentiellement de la taille de l’établissement et de la complexité des installations techniques.

Le registre de sécurité ne se situe pas obligatoirement dans le poste de sécurité, mais il doit pouvoir être consulté en toute circonstance par les autorités.

Ce document est essentiel, car il constitue « la vie » de la sécurité dans l’établissement.

Toutes les entreprises effectuant soit une vérification, soit une réparation d’une installation de sécurité sont tenues d’émarger le registre et de mentionner les actions réalisées.


 
 
CE QU’IL FAUT RETENIR

La main courante est le journal de bord  de la sécurité dans l'établissement.

Elle est tenue par l'agent de sécurité de permanence au poste de sécurité.

Elle doit est signée quotidiennement par le chef de poste en fin de service ou par la direction de l'établissement.

Elle se présente sous la forme d’un document papier ou sous forme informatique.

Les éléments consignés doivent être factuels et exclusivement factuels.

Les mentions sur la main courante doivent être brèves mais suffisamment précises pour que l'information soit compréhensible par la hiérarchie.

 
 



Sauriez-vous répondre aux 10 questions portant sur ce cours en cliquant sur le lien suivant ?

QCM - Main courante.htm

 







16/1/2014

Commentaire de HAIMEURI SAID

BON COURAGE SSIAP

30/8/2013

Commentaire de Webmaster

Chère Alice,

La bonne tenue de la main courante est placée sous l'autorité du chef d'équipe ou du SSIAP 3 ; il n'y a pas de règles de formalisme sur la présentation de la main courante et aucun texte (à ma connaissance) n'explique la manière de la remplir. De même, aucun texte (encore une une fois à ma connaissance) n'impose la présence d'une main courante dans un établissement ; néanmoins, dans le cadre de l'examen SSIAP 1, le texte prévoit que les anomalies relevées au cours de la ronde fassent l'objet d'une retranscription sur la main courante, ce qui justifie pleinement sa présence au PC. Par ailleurs, comme expliqué dans le cours ci-dessus, ce document peut être saisi par les autorités comme élément de preuve en cas d'incident ou d'accident. Ce document, s'il na pas d'existence légale bien identifiée permet néanmoins d'assurer une traçabilité précise de la vie quotidienne du service de sécurité ; la main courante a toujours existé dans de nombreux services liés à la sécurité (police, pompiers, gendarmerie, gardiennage, secours médicaux etc.). A titre personnel, je crois qu'on a encore jamais trouvé de meilleurs moyens pour retranscrire de manière chronologique les différents événements journaliers. Il est donc particulièrement important que ce document fasse l'objet de toutes les attentions (c'est un peu le journal de bord du PC qui est en mesure de conserver la mémoire de la vie d'un PC).

28/8/2013

Commentaire de Alice

Si la main courante a été omise d'être faite un jour mais qu'elle a été ouverte le jour d'apres. Sachant qu'il ne sait rien passé sur le jour ou elle n'a pas été ouverte etc que:

- Le responsable de la main courante risque quelque chose?
- Jusridiquement il est poursuivable?
- Merite-t-il un blame?

Merci beaucoup pour la future réponse que vous m'apporterez.

Je ne trouve en effet aucun article de loi concernant la main courante au sein d'un poste de secours.

12/3/2013

Commentaire de www.formationssiap.net

Eh non, cher Eric,

Ce n'est normalement pas possible, pour une question de rigueur.

la main courante est datée et par conséquence, un événement du 1er mars ne peut pas apparaître sur la page du 18 février

Le webmaster

12/3/2013

Commentaire de eric

il n'est donc pas possible de noter un évènement le 1er mars sur la page du 18 février?