LE SITE QUI OPTIMISE VOTRE ETUDE
 
 

GESTION DE L'EQUIPE DE SECURITE INCENDIE

INTRODUCTION

Un service de sécurité incendie se compose à minima d’un chef d’équipe et de deux agents ; la composition du service est directement proportionnelle à la taille de l’établissement.
 
Chaque ERP en fonction de son type et de sa catégorie doit disposer d’un service de sécurité incendie adapté dont ses missions sont fixées par la réglementation.
 
A partir de ce concept, le chef d’équipe est donc un manager en puissance chargé d’encadrer et de coordonner le travail quotidien des agents.
 

RAPPEL DES MISSIONS DES AGENTS SSIAP

Bien que la profession revête de multiples facettes, les missions généralement dévolues au service de sécurité sont clairement identifiées dans l’arrêté ministériel du 2 mai 2005 modifié.
 
Le chef d’équipe ou de service doit parfaitement les connaître et les maîtriser.
 
La liste suivante n’est pas exhaustive, mais regroupe les principales caractéristiques des missions attribuer aux services de sécurité incendie :
  • La prévention des incendies,
  • La sensibilisation des employés en matière de sécurité contre l'incendie et d'assistance à personnes,
  • L'entretien élémentaire des moyens concourant à la sécurité contre l'incendie
  • L'alerte et l'accueil des secours,
  • L'évacuation du public,
  • L'intervention face aux incendies,
  • L'assistance à personnes au sein des établissements où ils exercent,
  • L'exploitation du PC de sécurité. 
Le niveau de connaissances professionnelles du chef d’équipe implique également un réel savoir-faire dans les grands domaines suivants :
  • L'entretien et la vérification élémentaires des installations et des équipements de sécurité
  • L'application des consignes de sécurité
  • La lecture et la manipulation des tableaux de signalisation
  • Les rondes de sécurité et la surveillance des travaux
  • La surveillance au poste de sécurité incendie
  • L'appel et la réception des services publics de secours
  • L'assistance et le secours à personnes
  • La mise en œuvre des moyens de secours et de mise en sécurité
  • La sensibilisation des autres employés et du public
L’exercice de ces différentes missions nécessite donc une organisation très minutieuse.
 

DEFINIR LES ACTIONS

Définir une action, c’est réfléchir à l’avance à ce que doit réaliser l’agent d’exécution 
 
En d’autres termes, c’est formuler une série d’orientations qui peuvent se décliner en une ou plusieurs actions.
 
Les actions quotidiennes peuvent être répétitives, d’une journée à l’autre, mais elles peuvent aussi s’inscrire dans un objectif à atteindre à plus ou moins long terme (par exemple : mise en place d’un programme de formation pour l’ensemble du personnel).
 
Il est donc nécessaire de mettre en place un plan d’actions qui peut s’échelonner de la plus simple (ouverture des issues à la prise de service) à la plus complexe (vérification de l’état des installations de sprinklage).
 
Ce qui est important, c’est que le subalterne comprenne bien l’action à réaliser
 
 

PLANIFIER LES ACTIONS

Le chef d’équipe doit s’attacher à définir à l’avance le rôle de chacun ; la clé du succès est à ce titre, car l’agent subalterne a besoin d’un cadre et d’objectifs pour évoluer sereinement dans son environnement professionnel.
 
 
 
La tâche principale du chef d’équipe consiste à organiser et distribuer le travail
 
Il existe plusieurs méthodes pour planifier les actions. Certaines d’entre elles peuvent s’inscrire dans un ordre chronologique ou par tranche horaire :
 
Exemple :
  • 8 heures : Prise de service et vérification de l’état de présence,
  • 8 heures 10 : Affectation des fonctions (rondiers, stationnaire au PC etc.)
  • 8 heures 15 : essais techniques du matériel du poste de sécurité
    • Ligne directe reliée aux sapeurs-pompiers
    • Allumage ou réallumage du matériel informatique
    • Prise en compte de la main courante
    • Vérification du fonctionnement des postes émetteurs portatifs
    • Prise en compte des consignes particulières du jour
    • Vérification du bon fonctionnement du matériel de sécurité de l’établissement (alarme, éclairage de sécurité, lecture du tableau de signalisation) ;
  • 8 heures 30 : première ronde avant l’admission du public
  • Etc.
D’autres tâches sont impossibles à planifier chronologiquement et s’inscrivent dans l’action quotidienne de surveillance.
 
Exemple :
  • Attaque potentielle d’un début d’incendie,
  • Alerte des secours publics
  • Assistance aux personnes
  • Etc.
Ces tâches, dont la nature justifie la présence du service de sécurité doivent faire l’objet d’un entraînement quotidien de l’équipe de surveillance.
 
La planification des séances d’instruction peut s’échelonner tout au long de la journée
 
Par exemple, une séance de mise en situation pratique (cas concret) le matin et une séance courte théorique l’après-midi (ou l’inverse).
 
 

 DONNER DU SENS A SON ACTION

En matière de sécurité contre l’incendie, les procédures et l’environnement réglementaire se complexifient.
 
De nouveaux impératifs « qualité » font maintenant apparition.
 
Tous ces éléments sont à prendre en compte au quotidien dans l’activité d’une équipe.
 
Bien souvent, les agents ressentent des difficultés à concevoir la finalité de leur action.
 
Ils ont besoin de comprendre ce qu’ils font pour s’investir et pour inscrire leur action individuelle dans un cadre collectif.
 
Le chef d’équipe doit être en mesure de donner la direction, c’est-à-dire indiquer l’objectif vers lequel il tend ou souhaite aller.
 
Il doit aussi expliquer le pourquoi de cette action, les raisons qui l’ont poussé à faire ce choix.
 
Le chef d’équipe doit donc s’attacher à bien connaître tous ses agents et leurs traits principaux de caractères.
 
La psychologie est un élément fondamental du rôle du chef d’équipe ; chaque agent a sa propre perception de ses missions et de l’intérêt qu’il y porte.
 
De même, le chef d’équipe doit respecter les engagements qu’il serait amené à prendre envers ses subordonnés ; le non-respect de ces engagements peut être considéré par l’équipe comme un manque de loyauté et est très préjudiciable à l’autorité du « chef ».
 
Une des qualités du bon chef d’équipe est d’être « fédérateur » ; il doit être aussi pédagogue et rassembleur.
 
Le sens du relationnel doit être particulièrement développé, car aux yeux de ses équipiers,  il représente l’interface entre la direction de l’entreprise et la base.
 
Une équipe aussi soudée soit-elle n’est qu’une somme d’individualités, avec ses défauts et ses qualités.
 






  • martial kore dit :
    13/12/2015

    je suis vraiment remplis de connaissance apres lecture bravo a ce site

  • omar dit :
    18/5/2015

    Merci beaucoup pour les informations de ce site car, pendant la préparation de mon SSIAP2, je n'ai revivé que dans ce site.

    Bravo!!!

  • sylvain dit :
    16/12/2014

    J'ai obtenu mon ssiap2 en 2009 et je trouve ce site très bien fait pour se remémorer toutes les consignes à effectuer.
    Merci.

  • Antoine-Sylvestre dit :
    12/3/2014

    Très bon site pour revoir des formations et rappel au règles simples de la sécurité incendie que nous avons quelques peu oubliés.

  • Cesarini jean Luc dit :
    18/1/2014

    J'ai eu mon diplôme SSIAP 2 😃

  • CESARINI dit :
    26/11/2013

    TRES BIEN FAIT




  • Créer un site
    Créer un site